Prévisions spéciales : risque élevé de tempêtes du vendredi 3 au lundi 6 février 2017

Le risque de tempêtes pour cette fin de semaine, qui était déjà envisagé il y a quelques jours, se confirme avec les dernières sorties de modèles numériques. Une situation atmosphérique très dynamique se met en place, et par conséquent le temps va rapidement évoluer dans les prochains jours sur l’Europe occidentale. Et comme d’habitude quand ça bouge beaucoup, ça devient vite compliqué de prévoir quelque-chose de très clair puisque les modèles changent souvent du jour au lendemain pour pas grand-chose …

On ouvre donc cet article pour suivre tout particulièrement l’évolution des modèles numériques sur cette fin de semaine, concernant le risque de tempêtes qui pourraient se produire entre les îles Britanniques et la péninsule Ibérique, la France étant bien sûr dans le viseur. Les prévisions de cette période risquée et agitée seront mises à jour le plus souvent possibles pour surveiller l’étendue des scénarios possibles et des incertitudes au fur et à mesure qu’on se rapproche de l’échéance.

🌀 Prévisions au samedi 4 février 2017 🌀

Situation et prévisions à 10h30 – par Infos Météo

La tempête Leiv est arrivée en fin de nuit sur les côtes atlantiques. Son centre dépressionnaire sur le Centre se dirige vers l’Alsace, et les vents violents associés juste au sud se dirigent du sud du Centre sur le Massif Central vers la Bourgogne, en s’atténuant.

Animation des isobares du vendredi 03/02/17 15h au samedi 04/02/17 09h - la tempête Leiv s'est creusée rapidement depuis le nord de la Galice jusqu'à la Vendée.

Animation des isobares du vendredi 03/02/17 15h au samedi 04/02/17 09h – la tempête Leiv s’est creusée rapidement depuis le nord de la Galice jusqu’à la Vendée.

Météo-France a relevé des rafales de 148 km/h au cap Feret, 117 km/h à Bordeaux Mérignac,133 km/h à Royan, 123 km/h à Saint Agnant, et 128 km/h à Cognac. Les rafales pourront encore atteindre 100 à 120km/h pendant quelques heures, 130 dans le Massif Central, mais les plus violentes rafales sont maintenant passées.

L’attention va désormais se porter sur le dernier épisode de ce weekend très agité : la tempête Marcel devrait se former et toucher de nouveau le golfe de Gascogne et la façade atlantique ce dimanche. Les dernières modélisations confirment le scénario d’une dépression qui commencerait à se creuser au large de la Bretagne et en traversant la France depuis la Bretagne jusqu’au Centre. Elle va s’étendre, dans le même temps, vers le sud-est, alors que les hautes pressions vont rapidement remonter sur la façade atlantique. En conséquence, cette dépression va venir s’isoler sur la Méditerranée dimanche après-midi.

Le creusement sera moins intense que la tempête Leiv, mais des vents violents et de fortes vagues vont de nouveau concerner les régions des Pays-de-la-Loire à l’Aquitaine, déjà touchées par Leiv. Ce creusement varie encore un peu selon les modèles : NAVGEM et GFS voient un gradient de pression un peu plus faible sur l’Atlantique que les modèles plus fins de Météo-France, ARPEGE et AROME. La différence tient principalement au développement d’une légère extension de la dépression – un thalweg – au sud au moment de son arrivée sur la façade atlantique. C’est cette structure qui a pour conséquence de resserrer le gradient de pression plus au sud, et donc de renforcer le vent sur la façade atlantique.

Dans ce cas, des rafales de 100 à 130km/h seront possible sur la façade atlantique dès dimanche matin, de la Vendée aux Pyrénées-Atlantiques. Ces vents violents vont durer plusieurs heures. On pourra dépasser encore 100km/h dans les terres proches du littoral dans l’après-midi. Le Midi sera aussi concerné par un risque de rafales à 100km/h, notamment au pied de la chaîne des Pyrénées. En soirée, la tramontane va progressivement se renforcer sur le Languedoc, pouvant parfois dépasser 130km/h dans la nuit de dimanche à lundi.

🌀 Prévisions au vendredi 3 février 2017 🌀

Situation et prévisions à 16h – par Infos Météo

La tempête Kurt est désormais en train de circuler sur la Manche en s’atténuant. Des rafales jusqu’à 120km/h sont encore possibles sur les côtes bretonnes et normandes. 100km/h dans les terres. On a relevé à son passage sur la Bretagne et les Pays-de-la-Loire des rafales jusqu’à 130km/h sur les côtes et 110km/h dans les terres.

Animation des isobares sur la France ce vendredi 3 février de 01h à 15h.

Animation des isobares sur la France ce vendredi 3 février de 01h à 15h.

Le vent d’ouest va s’atténuer sur le nord-ouest mais rester fort tout le weekend : une autre tempête se confirme juste à la suite de Kurt.

Pointage de surface à 15h - Kurt apparait sur la Bretagne, Leiv en train de se former au large.

Pointage de surface à 15h – Kurt apparait sur la Bretagne, Leiv en train de se former au large.

En effet, Leiv est en train de se former sur l’Atlantique. Le scénario finalement retenu confirme les craintes d’un développement explosif. Cette dépression va se creuser très rapidement à partir du nord de la Galice, et se diriger droit sur la France à partir de samedi matin. La trajectoire du centre dépressionnaire devrait traverser le pays de l’embouchure de la Loire à la Lorraine, c’est donc juste au sud de cette ligne que les rafales seront les plus violentes. Leiv devrait arriver sur la façade Atlantique à pleine maturité, avec des rafales possibles jusqu’à 160km/h sur les côtes des Charentes à la Gironde. À l’intérieur des terres, on s’attend à des rafales de 120km/h, diminuant progressivement au fur et à mesure de son avancée vers l’est. Des vagues énormes sont prévues sur le golfe de Gascogne, des inondations sur les côtes sont aussi à craindre. Les prévisions de 10h30 sont pour l’instant confirmées, vous pouvez les retrouver en détail plus bas dans cet article.

La Charente, la Charente-Maritime et la Gironde ont été placées en vigilance rouge vent violent. Des vigilances orange sont en cours de la Bretagne et la Manche aux Landes, sur le sud du Centre et dans le Massif Central. Des vigilances oranges vague/submersion sont aussi en vigueur sur la façade atlantique.

vigilance-completes-170203-1600-01

Enfin, l’avenir de la troisième dépression Marcel est longtemps resté très incertain : d’abord envisagée vers l’Irlande, les modèles ont proposé des scénarios très variables, entre une violente tempête sur les côtes de la Manche et un simple léger coup de vent sur le golfe de Gascogne. Cet après-midi, une tendance commence toutefois à se dessiner. On privilégie maintenant la formation d’une dépression sur l’Atlantique qui passerait de la Bretagne à la vallée du Rhône en s’atténuant sur les terres. Cette dépression arriverait à se creuser suffisamment pour devenir une troisième tempête, qui ciblerait de nouveau le golfe de Gascogne et la façade Atlantique dès dimanche midi avec des rafales de 130km/h. Ensuite, ce sont les régions du Midi qui risquent de connaître des rafales de plus de 100km/h. En soirée et dans la nuit de dimanche à lundi, ce sera au tour du golfe du Lion de subir une tempête, avec une tramontane qui pourrait dépasser 130km/h notamment dans le Languedoc.

Situation et prévisions à 10h30 – par Météo Blois

Ce vendredi – La dépression Kurt est en train de passer au large de la Bretagne. Son coeur dépressionnaire est à l’heure où j’écrit de 983hPa, assez bien calé avec les modélisations. Les rafales sont régulièrement supérieures à 110km/h sur la pointe du Finistère, avec des pics supérieurs à 120km/h, et le record plus en mer à Ouessant de 135km/h. Des vagues de 8m sont signalées sur les côtes. La suite des évènements sera donc conforme aux prévisions, le maximum sera atteint en début d’après-midi sur les côtes sud de la Bretagne, puis la tempête traversera progressivement la région avant de se décaler en manche vers 17-18h. A l’arrière, des orages sont possibles dans la traine instable sur l’ouest du pays. Les vents dans les terres pourront dépasser 110km/h dans le Morbihan, Côtes d’Armor voire Ile-et-Vilaine au cours de l’après-midi. L’intensité ira ensuite en décroissant, mais la Manche devrait subir des vents de 110km/h sur les côtes.

arpege-11-15-0

Situation prévue au cours de l’après-midi par ARPEGE

Pour la nuit prochaine et samedi – La tempête Leiv est en train de se former entre le 20ème et le 30ème parallèle. Elle sera poussée par un jet extrêmement puissant et arrivera très rapidement à la suite. La tempête atteindra les côtes nord-ouest espagnoles vers 20h ce soir, où les rafales seront déjà de 140km/h. De environ 996hPa, son coeur devrait rapidement se creuser autour de 980hPa en milieu de nuit. Tout le golfe de Gascogne sera sous des vents de 140-150km/h, avec des pointes probables à 160.

bracka

On commence à voir apparaître le début du creusement et les fronts de Leiv sur l’analyse du Bracknell ce matin à 00h UTC, au niveau du 30ème parallèle

Le vent se renforcera sur côtes françaises vers 1h du matin, en même temps que l’arrivée de pluies, pour atteindre un maximum vers 4-5h. Les vents les plus forts seront vraisemblablement pour la Charente Maritime avec des pointes dans les terres pouvant être régulièrement supérieures à 140km/h et atteindre ou dépasser les 150. Les côtes de la Vendée jusqu’à l’Espagne seront exposées à des vents d’au moins 120-130km/h. Les modèles de vague prévoient plus de 10m dans le golfe de Gascogne.

nww3fr-0-30

Les vagues prévues son extrêmes dans le golfe de Gacogne

A mesure que le centre dépressionnaire traversera le pays, les pluies se généraliseront dans toutes les régions. Les terres seront exposées à des rafales de plus de 120km/h sur un axe situé au sud de la région centre en cours de matinée de samedi, et de 80 à 90 sur une plus large bande. Les rafales perdront en intensité à partir de la mi-journée, lorsque le centre dépressionnaire sera centré sur la région parisienne, mais elles resteront encore soutenues – 90km/h au moins. L’ouest et le sud-ouest retrouveront alors des éclaircies dans la traine. Ce n’est qu’en soirée que la dépression s’évacuera complètement , les vents iront alors en décroissant au cours de la nuit sur les régions de l’est. Voir l’évolution prévue par AROME ci-dessous.

 

🌀 Prévisions au jeudi 2 février 2017 🌀

Prévisions à 20h – par Infos Météo

Les dernières modélisations confirment solidement maintenant le scénario d’une première tempête qui touchera la Bretagne ce vendredi. L’intensité du vent reste un peu incertaine, certains scénarios de modèles ensemblistes envisagent un creusement un peu moins marqué que celui retenu pour l’instant : les vents pourraient donc être légèrement moins forts que prévus. Néanmoins, les modèles ont plutôt l’air d’avoir sous-estimé jusque-là le creusement dépressionnaire, le scénario retenu semble donc plus probable.

La future tempête Kurt est train de commencer sa cyclogenèse sur l’océan Atlantique. En fin de nuit de jeudi à vendredi, le cœur de la dépression devrait déjà être sous 985hPa, au nord de la Galicie. toutes les côtes nord de l’Espagne seront alors concernées par des vents tempétueux. C’est vers 8h que des vents violents devraient commencer à concerner la France. Des pluies modérées vont aborder le continent par l’ouest, juste à l’avant de Kurt : sous ces pluies, on pourra déjà avoir des rafales de plus de 110km/h sur les côtes du Finistère. En fin de matinée, ces pluies s’étendront de la Manche aux côtes atlantiques de l’Aquitaine, avec des rafales de plus de 90km/h.

Prévision des rafales max pour vendredi matin (Modèle AROME 02/02/17 12h)

Prévision des rafales max pour vendredi matin (Modèle AROME 02/02/17 12h)

À midi, le cœur de Kurt aura atteint la pointe Bretonne. C’est à partir de ce moment que la zone principale de vents violents arrivera juste au sud, touchant particulièrement les côtes de Bretagne et des Pays-de-la-Loire, jusqu’à l’estuaire de la Gironde. On peut s’attendre à des rafales de 110 à 130km/h sur les côtes, 90 à 110 dans les terres, notamment dans la Bretagne et de la Charente-Maritime à la Manche.

Prévisions des rafales maximales pour vendredi midi (Modèle AROME 02/02/17 12h)

Prévisions des rafales maximales pour vendredi midi (Modèle AROME 02/02/17 12h)

Au cours de l’après-midi, les vents violents s’atténueront progressivement en remontant les côtes de la Manche, avec des rafales de 90 à 110km/h sur les côtes normandes.

Prévisions à 14h00 – par Météo Blois

La dépression Jürgen qui sévit actuellement ce jeudi semble avoir généré des rafales de 10km/h environ supérieures à ce qui était modélisé (111 à Ouessant ce midi, contre 90-100 estimé). Cela suggère une sous-estimation du creusement dépressionnaire, peut-être de 2 à 5 hPa, ce qui peut faire la différence. Ça illustre bien le cauchemar que représentent ces situations météo très dynamiques pour les prévisionnistes. Le moindre manque d’information sur une zone, par exemple une température ou un degré d’humidité, peut considérablement impacter la modélisation d’un phénomène de cette taille.

Cela m’amène à parler des dernières modélisations de 6h00. Concernant la prévision pour demain vendredi, je ne m’y étendrais pas plus longuement car la prévision reste quasiment inchangée, si ce n’est que GFS voit la tempête légèrement plus bas et donc impactant davantage la façade atlantique. C’est en revanche pour la tempête de samedi que les choses deviennent plus inquiétantes. Le creusement explosif est confirmé par les principaux modèles. Techniquement parlant on se rapproche fortement d’une possible bombe météo. Le creusement en 24h serait supérieure à 15hPa, avec une différence de température supérieure à 12°C. Les vents modélisés oscillent entre 130-140km/h pour GFS  sur l’estuaire de la Gironde, et 140-150km/h pour ARPEGE. Des pointes locales à 150 ne semblent  pas exclues. On va donc surveiller l’évolution des modélisations de très près pour voir si cela se confirme !

Prévisions à 9h00 – par Météo Blois

Les prévisions s’affinent au fil des échéances. Voici ce que l’on peut dire ce matin.

  • Vendredi – La Bretagne verra le vent se renforcer dès le matin, tandis que le coeur de la tempête atteindra les côtes sud de la Bretagne où les vents dépasseront probablement 110km/h en rafale. La zone de vent fort (>90km/h) s’étendra vraisemblablement jusqu’à la Charente Maritime. La tempête – qui devrait être baptisée très prochainement  par la météo allemande – se décalera ensuite vers la Manche, dont elle touchera la pointe en début de soirée, avant d’aller plus en mer. Elle aura alors un impact plus limité sur les côtes françaises, tandis que ce seront les côtes britanniques qui subiront ses vents, avant qu’elle n’aille mourir en mer du nord en milieu de nuit .

    arpege-11-37-0

    Rafales prévues par ARPEGE au début de l’évènement de vendredi

  • Samedi – La prévision s’est affinée, et le scénario qui est maintenant retenu par les modèles serait un passage par la façade atlantique. Le risque de développement explosif est plus important : les vents sur les côtes pourraient atteindre les 130km/h, et lors de son passage dans les terres les vents pourront dépasser les 120km/h. Il est encore un peu tôt pour parler de localisation exacte, mais ce seraient plutôt les départements situés autour d’un axe Charente Maritime / Saône-et-Loire qui seraient concernés.

    arpege-11-55-0

    La tempête prévue samedi devrait toucher le centre du pays.

  • Dimanche – L’incertitude reste de mise, pour le moment les modèles ARPEGE et  ECMWF envisagent un coup de vent significatif qui devrait encore atteindre la façade atlantique, mais l’intensité serait limitée. GFS quand à lui n’envisage qu’un petit thalweg donnant à peine un coup de vent. Toutefois, compte tenu de l’intensité du jet à l’arrière, un développement explosif et imprévu n’est pas à exclure. Il faut donc continuer de surveiller. Ci-dessous les trois scénarios envisagés.

🌀 Prévisions au mercredi 1er février 2017 🌀

Par Infos Météo

3 dépressions pouvant générer des tempêtes sont modélisées entre vendredi 3 et dimanche 5 février.

  • La première est prévue pour vendredi après-midi. Sa trajectoire assez bien calée présente surtout un risque pour les régions des Pays-de-la-Loire à la Normandie avec la Bretagne, éventuellement les côtes de la Manche plus au nord. Elle éclatera sur l’océan et arrivera par le sud de la Bretagne et des Pays-de-la-Loire, pour rejoindre ensuite la Normandie en s’atténuant, jusqu’à se dissiper vers le sud-est de l’Angleterre. Il s’agira au moins d’un fort coup de vent pour la Bretagne et les côtes plus au sud. Toutefois, un creusement plus fort est envisageable, produisant alors une tempête sur ces régions du nord-ouest. C’est cette intensité qui reste à déterminer plus finement.
  • La seconde est prévue pour la fin de nuit de vendredi à samedi, ou en matinée de samedi. Sa trajectoire est plus incertaine : la façade Atlantique semble plus probablement concernée, mais des scénarios où elle passerait plus au nord sont encore possibles. Cette dépression a le potentiel de produire une forte tempête, qui toucherait largement la France. Néanmoins, son intensité reste encore trop variable : suivant tout juste la première et avec un possible développement explosif, il pourra s’agir d’un coup de vent localisé à une forte tempête touchant plusieurs régions.
  • La troisième est prévue pour dimanche. Elle n’est pas d’une grande inquiétude pour la France pour l’instant, car la plupart des modèles l’envisagent se diriger vers l’Irlande. Néanmoins, elle pourra elle aussi avoir un développement explosif générant une forte tempête. Aux vues des incertitudes qui existent à cette échéance, on garde quand même un oeil dessus, au cas où sa trajectoire serait recalculée plus au sud.

Installation d’un régime zonal à basses latitudes

Après l’anticyclone persistant sur l’Europe qui a profité à la vague de froid durable de janvier, on retourne progressivement dans un régime de temps zonal, c’est-à-dire avec un vent fort d’ouest prédominant sur l’Atlantique, coincé entre une zone dépressionnaire au nord et les hautes pressions tropicales. Dans le cas de cette semaine, un courant jet puissant est en train de se constituer entre les côtes de l’Amérique du Nord et l’Europe, sur des latitudes plus basses que d’habitude.

Animation des analyses du vent à 250hPa entre le 27/01/17 et le 01/02/17 (source meteocentre)

Animation des analyses du vent à 250hPa entre le 27/01/17 et le 01/02/17 (source meteocentre)

Ce courant jet va continuer à s’étendre davantage vers l’Est en restant très rapide et assez uniforme, de telle sorte que la sortie nord du jet se retrouvera juste au-dessus de la France à partir de vendredi.

Courant jet prévu pour vendredi 3 (modèle ARPEGE, 01/02/17 06h)

Courant jet prévu pour vendredi 3 (modèle ARPEGE, 01/02/17 06h)

Cette situation est particulièrement propice au développement très rapide de tempêtes. La latitude plus basse que d’habitude augmente notamment le risque de tempête sur la France, permettant aux traditionnelles tempêtes hivernales du nord des îles Britanniques de se diriger plus au sud.

Trois tempêtes possibles

La plupart des modèles envisagent pour l’instant 3 tempêtes possibles sur la fenêtre de vendredi à lundi. Au sud d’un vaste système dépressionnaire qui devrait se constituer du Canada au Royaume-Uni, plusieurs dépressions secondaires pourront se développer avec un courant jet très rapide.

La première (possible Kurt) se profile pour vendredi après-midi. Elle devrait se former avant d’arriver sur le continent, et prendre une trajectoire du nord-ouest de la péninsule Ibérique au sud-est de l’Angleterre. Elle risque donc surtout de produire des vents violents sur les côtes sud de la Bretagne et la Vendée, en remontant ensuite sur la Normandie en perdant en intensité, puis en commençant à se dissiper au-dessus de la Manche.
La formation de cette dépression commence à être assez bien cernée : les régions à risque sont bien ciblées, seule l’intensité du vent reste encore assez incertaine. On peut déjà parler au moins d’un coup de vent sur la Bretagne et la Normandie, mais l’intensité du creusement de cette dépression reste encore variable, et une tempête plus forte n’est pas exclue. GFS illustre une dépression peu creusée, tandis que ARPEGE modélise une véritable tempête, mais qui explose surtout sur la mer et aborderait les côtes Bretonnes en commençant déjà à s’atténuer.

C’est pour la suite que ça devient compliqué. Sur les cartes au-dessus, on peut déjà remarquer que GFS et ARPEGE modélisent déjà le début de creusement d’une autre dépression secondaire juste à la suite, tandis que presque rien n’apparaît sur les modèles GEM et NAVGEM. Une différence de timing très serré, mais qui risque de changer beaucoup de choses.

En effet cette deuxième dépression (possible Leiv) semble pour l’instant être potentiellement la plus violente, en fin de nuit de vendredi à samedi. GFS envisage un creusement bien plus conséquent en modélisant une forte tempête qui arriverait droit sur les côtes de l’Aquitaine et du Poitou-Charente, en s’enfonçant ensuite dans les terres tout en maintenant des vents violents sur le Centre et la Bourgogne. Néanmoins, si ARPEGE envisage aussi une dépression très creuse produisant une forte tempête, il l’envisage bien plus au nord, longeant les côtes de la Manche. Quant à NAVGEM ET GEM, ils modélisent bel et bien eux aussi un creusement dépressionnaire, a priori bien plus rapide, mais dont l’intensité serait moindre. Dans les deux cas, ce sont les côtes Atlantiques qui sont le plus exposées.

Pour résumer, cette seconde dépression a le potentiel de produire une violente tempête. Néanmoins, son intensité reste encore discutable et elle pourrait se limiter à un coup de vent. Si sa trajectoire semble privilégier les côtes Atlantiques, il n’est pas exclu qu’elle passe plus au nord et pourrait ainsi concerner plutôt les régions des Pays-de-la-Loire aux Hauts-de-France. Etant donné la possibilité d’un creusement explosif, elle reste à surveiller de très près.

Enfin, une troisième dépression secondaire (possible Marcel) est modélisée pour dimanche. Pour l’instant, elle reste peu inquiétante pour la France, la plupart des modèles la voient plutôt s’orienter plus au nord et concerner surtout l’Irlande. Toutefois, celle-ci a aussi le potentiel de se creuser très rapidement et produire une forte tempête. Avec les incertitudes sur les trajectoires de la seconde dépression, il vaut mieux garder un oeil sur cette troisième dépression qui pourrait encore s’aventurer plus au sud. GFS envisage notamment une trajectoire qui cible plus la France, mais la dépression ne parviendrait pas alors à se creuser fortement et ne générerait qu’un coup de vent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s