Une nouvelle visualisation pour révéler les vigilances cachées

L’année dernière, je vous proposais une nouvelle carte des vigilances, une nouvelle visualisation pour ces données qui se voulait plus claire et plus jolie que celle de Météo-France. Il y a eu un gros travail au long terme sur cette carte pour au final avoir une image, qui, quand même, n’est pas moche du tout.

vigilance-infosmeteo-150916-1458-01Je suis arrivé jusqu’à cette jolie petite carte grâce à vos retours et vos réactions, surtout quand j’essayais des trucs parfois un peu trop hasardeux ; merci donc pour vos participations qui m’ont permis de pousser mon projet jusqu’au bout 🙂 !

Mais plus j’approchais de la fin, et plus je me sentais un peu frustré : d’une, le travail une fois terminé j’aurais plus grand chose à bidouiller en visualisation des données, et de deux, l’intérêt final reste assez limité. C’est à dire que c’est une jolie alternative à la carte de vigilances de Météo-France, mais il n’empêche qu’elle n’apporte pas grand-chose de plus, hormis de l’esthétique et de la lisibilité. Un beau projet, très formateur pour ma part, mais qui n’apporte rien de très neuf.

Ce que ne dit pas la carte des vigilances

Je me suis donc penché sur un nouveau projet, un peu plus ambitieux cette fois-ci, tout en me permettant de reprendre la continuité des réflexions que j’avais déjà mené sur cette carte. J’ai choisi mon nouveau défi le 16 septembre 2015 : une situation complexe concernait l’Est de la France, le genre d’événement qui fait s’affoler les vigilances ; vous pouvez en voir la carte de vigilances juste au-dessus. 3 vigilances oranges différentes apparaissent : pluies intenses, vent violent et orages. En fait, cette information n’est pas correcte : Beaucoup des départements à ce moment étaient en double vigilances oranges pluie intense / orages. À 16h, d’ailleurs, l’Ardèche passait même à 4 vigilances oranges simultanées : vent violent / pluie intense / orages / inondation. Pourtant, le pictogramme sur la carte restait unique. Ce pictogramme choisi parmi les 4 communique en théorie sur le risque principal. Sauf combinaison avec les avalanches, Météo-France n’autorise qu’un seul logo par départements. En même temps je les comprends un peu : sur leur carte, les logos combinés entrent dans une bataille enragée où chacun tente – désespérément – de rester dans les limites de son propre département sans se chevaucher l’un l’autre. 2, c’est déjà dur, alors imaginez avec 4 : le chaos total.

vigilance-mf-150235-1003Le sujet des vigilances multiples court depuis plusieurs années déjà. À chaque fois qu’on se retrouve avec une situation complexe qui mène à des vigilances multiples, on fronce les sourcils, on pointe du doigt et on s’écrie « aaaah mais on voit pas touuut on nous meeent« . Et d’ailleurs, un autre sujet qui finalement va de paire avec ce problème, c’est le type de risque des vigilances jaune. Vous avez déjà remarquez que les vigilances météo n’ont un type de risque spécifié que pour les vigilances oranges et rouges ? Et bien là encore, c’est faux ! Les niveaux de vigilance jaune ont un type de risque spécifique, mais il n’est pas montré ! D’une part parce qu’il y a plus souvent des vigilances jaunes multiples et que le graphiste de Météo-France a sûrement sué à grosses gouttes quand on lui a expliqué le système, d’autre part parce qu’il est souvent considéré que « ça brouillerait le message« .

Quelques pensées de la communication des riques

Il y a deux raisonnements principaux qui ont figé la carte de vigilance dans cet état sans chercher à en afficher plus. On avance la contrainte technique de la carte : y a pas la place et on verra plus rien. On avance aussi un argument de communication : la carte de vigilance doit rester simple pour être comprise par tous, donner plus d’infos risquerait d’être mal interprété.

D’abord, si un outil ne nous permet pas de faire ce qu’on veut, il ne faut pas en déduire qu’on veut en faire trop mais qu’on se trompe d’outil. Il y a un petit problème de logique inversée, mais je reconnais que c’est un peu trop simpliste et qu’il faut aussi considérer que les idées émergent à partir des capacités techniques environnantes.
Mais le deuxième argument est du genre à me chiffonner un peu plus et à me faire serrer les dents, parce qu’il reprend un principe de vulgarisation naïf qui consiste à considérer le public comme des gens foncièrement stupides. L’idée : les gens sont simples, ils ne peuvent comprendre que des informations simples. Ouais, ça vole haut. Il y a beaucoup à rétorquer, mais en tout cas il est certain que considérer dès le départ que son public sera incapable de comprendre une partie des informations à communiquer le condamne de facto à ne jamais le comprendre, encore plus quand on décide tout simplement d’enlever cette partie. De surcroît, une information clairement construite, si elle est facilement compréhensible pour ses concepteurs, a le potentiel d’être tout aussi bien comprise par d’autres personnes. Si une information doit être simplifiée pour être comprise, c’est probablement qu’elle est mal construite, et non pas que les autres ne peuvent pas la comprendre. Une information ne devrait pas s’amputer d’une partie de ses données dans la mesure où l’absence de données ne permet en rien de mieux comprendre une information. Edward Tufte (dans Visual Explanations) en a fait plusieurs démonstrations, et cette citation trouve à mon sens très bien sa place ici :

Story-telling, weak analogies, selective reporting, warped displays, and anecdotes are not enough. Reliable knowledge grows from evidence that is collected, analyzed, and displayed with some good comparisons in view. And why should we fail to be rigorous about evidence and its presentation just because the evidence is a part of a public dialogue, or is meant for the news media, or is about an important problem, or is part of making a critical decision in a hurry and under pressure ?

En bref, Météo-France procède avec sa carte de vigilances à une forme d’auto-censure de sa propre information. Mon objectif est alors de proposer une visualisation complète des vigilances météorologiques : pour chaque département, pour chaque risque, pour chaque niveau. Une visualisation qui permet de communiquer concrètement la vigilance telle qu’elle est construite, qui permet de voir cette information dans son ensemble telle qu’elle existe.

Une nouvelle visualisation complète des vigilances multiples

Pour y parvenir, il a forcément fallu changer d’outil, mais aussi changer de logique. Je ne vais pas expliquer ici en détail toutes les étapes de la réflexion, car j’espère que cette logique vous paraîtra assez rapide à comprendre ; pour moi, une visualisation réussie est une visualisation qui peut être comprise par elle-même, avec le moins d’explication possible.

Voici donc un exemple de la visualisation des vigilances multiples que j’ai développé, et que vous retrouverez régulièrement mise à jour dès la semaine prochaine sur Infos Météo :). Cette carte correspond aux mêmes données visualisées dans la carte de vigilance de Météo-France juste au-dessus, le vendredi 25 février 2015 à 10h.

vigilance-infosmeteo-multiples-essai231015

Bien sûr, comme la précédente carte, son aspect va évoluer au fur et à mesure des remarques ; certaines choses pourront devenir plus ou moins claires, plus ou moins lumineuses, plus ou moins visibles. Mais vraisemblablement, la logique qui fonde cette carte restera la même. J’espère en tout cas qu’elle pourra satisfaire les personnes qui cherchent à avoir les informations précises des vigilances météo, voire, qui sait, apporter un petit pas en avant pour la communication des risques.

Pour ceux qui s’intéressent aux développements détaillés de cette carte, ses idées sous-jacentes, l’argumentation qui la justifie et ses difficultés de développement, c’est expliqué en détail sur ce blog :).

Publicités

Une réflexion sur “Une nouvelle visualisation pour révéler les vigilances cachées

  1. Même si ce n’est qu’un premier jet, je trouve que la nouvelle carte est une réussite ! C’est une bonne idée d’avoir espacé les départements entre eux. Cela permet d’indiquer le type de risque (ce qui est impossible sur la carte MF) sans se faire chevaucher les pictos les uns sur les autres.

    J’aurais peut-être éclairci un peu la couleur des départements pour mieux les faire ressortir par rapport au fond.

    En tout cas je trouve que le rendu est très propre et donne 10 fois plus envie de lire que ce que l’on trouve sur le net (MF ou autres). Pour ça je dis chapeau ! J’ai lu l’article détaillé sur ton autre blog. Je constate que c’est une réflexion de longue durée dans laquelle tu t’es engagée. Cela a le mérite de bousculer ce qui est déjà en place depuis des années ailleurs et qui n’est d’ailleurs pas toujours adapté pour l’utilisateur.

    Même si tu en as conscience je pense, je te conseille de confronter au plus vite et le plus souvent possible ta carte à l’avis de personnes ayant des profils différents (âge, profession, niveau d’études, etc.) pour voir quelle est leur compréhension de cette carte de vigilance. Je pense que leur retour sera très riche en enseignements pour toi 😉

    Bon courage en tout cas pour la suite, tu as tout mon soutien 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s