[Synthèse] Le risque météorologique en France en 2014

Chaque année des dizaines de vigilances orange ou rouge sont émises par Météo-France pour avertir de phénomènes météorologiques potentiellement dangereux. Largement médiatisées sur le moment et souvent critiquées (en bien ou en mal), elles sombrent très vite dans l’oubli dès que le temps a changé.

Pourtant, les vigilances météorologiques sont intéressantes pour d’autres raisons que leur rôle d’avertissement. Elles constituent un résumé du risque météorologique qui a l’avantage d’être systématique, stable et régulier, ce qui permet d’en faire un traitement statistique. Réunies sur plusieurs jours, elles permettent de visualiser rapidement les phénomènes météo qui ont concerné le pays, sous un autre regard que celui d’un climatologue.

Que s’est-il passé en 2014 ? Quels ont été les moments marquants ? Quels sont les types de risques les plus fréquents, et quelle est leur répartition selon les saisons ? Comment les phénomènes météo majeurs apparaissent en terme de vigilances ? Cette synthèse utilise l’ensemble des cartes de vigilances émises sur l’année 2014 pour représenter l’évolution du risque météorologique au cours de l’année et permet de répondre à toutes ces questions.

Ces analyses des vigilances sont couplées à des commentaires sur les phénomènes météo observés lors des moments marquants depuis différentes sources (Météo-France, Keraunos, Infoclimat et Infos Météo). Ainsi, la synthèse finale réunit à la fois des données d’indices de prévision des risques et des informations concrètes d’observations météo.

Cette utilisation unique des données de vigilances permet de se représenter clairement et rapidement les principaux risques saisonniers (tempêtes et crues hivernales, orages estivaux, épisodes méditerranéens d’automne, …). Elle incarne les concepts théoriques de niveaux de vigilances directement avec des phénomènes concrets et offre donc une meilleure considération du risque représenté par une vigilance. Enfin, il s’agit d’une voie d’accès rapide et pratique pour s’orienter dans des recherches sur des phénomènes météorologiques passés en les intégrant dans leur contexte de risque.

(Cliquez sur l’image pour la voir en haute résolution.)

risque-meteo-france-2014-02Janvier

cumuls-bretagne-1-5-janvier14Début janvier, la Bretagne a déjà connu des pluies importantes et les sols sont déjà saturés. De nouvelles fortes pluies en conjonction avec une forte houle et une surcote provoquent de nombreuses inondations. La Laïta dépasse 4,5m le 2 janvier à Quimperlé.

Du 16 au 19, il tombe jusqu’à 254mm de pluie dans le Var et les Alpes-Maritimes. L’Argens, le Réal-Collobrier et le Gapeau entrent en crue, des éboulements de terrain touchent les Alpes-Maritimes.

Fin janvier, les pluies se bloquent sur les Pyrénées et provoquent des cumuls importants, jusqu’à 224mm à Aulus-les-Bains dans l’Ariège. De nombreux cours d’eau débordent et les crues perdurent jusqu’à la fin du mois dans les Pyrénées-Atlantiques et les Landes avec des submersions marines.

Aussi, de fortes chutes de neige se sont produites dans les Alpes du Sud.

Février

Début février, une surcote générée par une dépression très creuse au large des îles Britanniques  se conjugue à de fortes vagues et concerne toute la façade Atlantique et la Manche, les crues dans le Finistère sont toujours très élevées.

Jusqu’à la mi-janvier, les tempêtes se succèdent et apportent encore beaucoup de pluie, maintenant les cours d’eau à des niveaux très élevés sur le sud de la Bretagne.

Les 4 et 5, la tempête Petra centrée sur l’Irlande (946hPa) produit des rafales de 80 à 100km/h sur la façade Ouest, 100 à 120 sur la pointe Bretonne et les côtes Normandes, jusqu’à 150 sur le Finistère.

carte-tempete-qumaira-06-02-14-08hLes 6 et 7, la tempête Qumaira concerne le nord de la France avec des rafales entre 80 et 100km/h dans l’intérieur des terres.

Le 8, la tempête Ruth est centrée sur le nord de l’Irlande à 945hPa mais génère aussi des vents violents jusqu’en France avec des rafales de 70 à 90 km/h sur le Nord-Ouest et plus de 100km/h sur les côtes.

Les 9 et 10, c’est la Méditerranée qui est concernée par une tempête, Stéphanie, qui génère aussi des pluies importantes en Corse, sur le Var et les Alpes-Maritimes avec des cumuls de 90mm ; elles provoquent des inondations. Les rafales dépassent parfois 120km/h.

Les 12 et 13, la tempête Tini, à 950hPa au nord de l’Irlande, produit des rafales de 80 à 100km/h sur le nord de la France, localement plus.

Les 14 et 15, la tempête Ulla sur l’Atlantique affecte durement le Nord-Ouest et en particulier la Bretagne, mais surtout les îles Britanniques. Les rafales atteignent 90 à 110km/h dans l’intérieur des terres, jusqu’à 150km/h sur les côtes Bretonnes. Une rafale de 179km/h est enregistrée à Camaret-sur-Mer le 14.

Les 27 et 28, la tempête Andrea provoque des rafales de 80 à 100km/h sur la façade Atlantique, dépassant 120km/h sur les côtes.

(Plus en détail : bulletin spécial d’Infoclimat sur les tempêtes Qumaira, Ruth, Stéphanie, Tini et Ulla)

Enfin, la Bretagne vit son mois de février le plus pluvieux depuis 1959, avec des cumuls souvent plus de 2,5 fois supérieurs à la normale.

Mars

La tempête Christine provoque de violentes rafales sur la façade ouest dépassant les 100km/h, mais la Corse enregistre aussi une rafale à 145km/h. la traine très active génère aussi de violentes rafales. La façade Atlantique est exposée à une surcote en conjonction avec de grandes marées. Les pluies sont intenses sur le Sud-Ouest (60mm dans le Pays Basque) et provoquent la crue de nombreux cours d’eau déjà élevés. Le risque d’avalanches s’avère au final moins élevé que prévu.

Par la suite, un anticyclone protège durablement la France, et la moitié nord bat des records d’ensoleillement.

Avril

pluvio-marsavril14-rapportLe vent d’Autan dépasse les 100km/h sur la région toulousaine les deux premiers jours d’avril, avant que le sud-ouest connaisse de nouveau de fortes pluies.

Le temps reste calme jusqu’au 19, puis des pluies et averses parfois orageuses se succèdent sur le pays, avec des cumuls qui atteignent fréquemment 30mm.

Mai

Du 6 au 17, des épisodes pluvieux se succèdent avec des averses parfois orageuses.

Du 19 au 23, une goutte froide d’altitude positionnée sur le golfe de Gascogne remonte très lentement vers le nord. Elle génère une série d’épisodes orageux de l’Aquitaine au Nord-Est (Plus en détail : suivi des orages du 19 mai 2014). Les orages atteignent leur paroxysme le 21 : les cumuls dépassent parfois les 40mm, les rafales dépassent les 100 km/h, avec des phénomènes localement destructeurs sous de violentes rafales descendantes (Plus en détail : bilan de Keraunos des orages du 21 mai 2014bulletin spécial d’Infoclimat du 19 au 27 mai 2014). Par la suite, le temps se rafraichit mais reste pluvieux.

(Plus en détail : Rétrométéo du mois de mai 2014)

Juin

Début juin, une dépression s’isole au large de l’Atlantique. Pendant qu’elle se comble lentement, la France est dans un flux de sud qui apporte un air très chaud (on dépasse les 30°C) et très instable. Le 6 juin, les premiers orages se déclarent sur l’ouest. Une série de journées orageuses se met en place jusqu’au 10 juin. Des orages isolés mais forts circulent dans la soirée du 7 au 8 entre l’Aquitaine et la Belgique (Plus en détail : suivi des orages du 7 au 8 juin 2014). Le 8, de nombreuses supercellules se forment le soir entre les Pays-de-la-Loire et la Belgique, avant l’arrivée de nouveaux orages nocturnes sur les côtes d’Aquitaine (Plus en détail : suivi des orages du 8 au 9 juin 2014).

prevision-orages-comparaison-2015-test140609-0600-testestofex2-01Le 9 s’annonce comme la journée la plus active avec un risque d’orages extrêmes. Dans l’après-midi, des orages isolés se forment entre le Centre, la Normandie et la Belgique. Une supercellule durable traverse le Centre et la Bourgogne vers la Champagne-Ardenne. Le soir, un système orageux s’organise sur les côtes d’Aquitaine et s’organise en cours de nuit en remontant vers l’Ile-de-France (Plus en détail : suivi des orages du 9 juin 2014 bilan de Keraunos des 8 et 9 juin 2014).

Ces orages produisent de violentes rafales et de très fortes chutes de grêle, notamment avec des grêlons géants atteignant 12cm de diamètre. Ils provoquent d’importants dégâts (Plus en détail : bulletin spécial d’Infoclimat du 4 au 12 juin 2014).

Du 14 au 16, de forts orages se forment dans le Sud-Est, provoquant des pluies abondantes sur la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur et la Corse avec des cumuls supérieurs à 100mm. Dans les Bouches-du-Rhône, on relève 112mm dont la quasi-totalité en 2h). Les rafales dépassent aussi 100km/h, avec une valeur de 162km/h enregistrée à Alistro en Haute-Corse (Plus en détail : bulletin spécial d’Infoclimat du 14 au 16 juin 2014).

Après un calme estival, de nouveaux orages se forment sur le Sud-Ouest à partir du 22 en remontant vers la Franche-Comté. De nouveaux orages parfois violents se forment le 23 à proximité des Pyrénées, où les cumuls atteignent 100mm (Plus en détail : bilan de Keraunos du 23 juin 2014). De nouveaux orages fortement pluvieux se déclenchent du 24 au 25 avec des cumuls qui atteignent encore localement 100mm, l’activité orageuse atteignant aussi les Alpes Maritimes avec des inondations.

Le 28 juin, une large dégradation orageuse s’étend des Pyrénées à l’Alsace. Les rafales dépassent 100km/h (111km/h à Tavaux dans le Jura) et de fortes chutes de grêle concernent la Bourgogne (Plus en détail : bulletin spécial d’Infoclimat du 28 juin 2014 –  bilan de Keraunos du 28 juin 2014).

Juillet

Des orages remontent par le Sud-Ouest dans la nuit du 3 au 4. Peu mobiles dans un premier temps, ils provoquent des cumuls >100mm dans le Pays basque et ont pour conséquence des crues soudaines des cours d’eau, dont la Nive qui inonde de nombreux villages (102 communes en état de catastrophe naturelle). Le 4, des orages remontent depuis la Méditerranée vers la Bourgogne et la Franche-Comté. Ils produisent des rafales >100km/h et des grêlons de 2 à 3cm (Plus en détail : suivi des orages du 4 juillet 2014).

Le 6, des orages localement violents se déclenchent de Midi-Pyrénées à la Lorraine. De violentes rafales provoquent des dégâts et des grêlons de 3 à 4cm détruisent de nombreuses récoltes viticoles (Plus en détail : bulletin spécial d’Infoclimat du 4 au 8 juillet 2014bilan de Keraunos du 6 juillet 2014).

foudre-140720jpegLe 18 juillet, une dégradation orageuse est prévue depuis le Poitou-Charentes jusqu’à la Basse-Normandie. Moins intenses que prévus, les orages génèrent localement de fortes rafales, tandis que des orages mal prévus se structurent en Normandie et longent les côtes de la Manche jusqu’en Belgique, provoquant de violentes rafales et des grêlons de 4cm (Plus en détail : suivi des orages du 18 juillet 2014). Le 19, malgré l’incertitude de la situation, des orages violents sont de nouveau prévus de l’Aquitaine au Nord-Pas-de-Calais. Les rafales dépassent 100km/h, et des grêlons de 6cm tombent sur leur passage, localement jusqu’à 8cm (Plus en détail : suivi des orages du 19 juillet 2014). L’activité orageuse se décale vers l’Est le lendemain avec de violentes rafales (Plus en détail : bulletin spécial d’Infoclimat du 18 au 22 juillet 2014).

Le 24, des orages abordent la France par l’ouest. Ils concernent surtout le sud-ouest le 25, avant de se décalant sur la moitié Est.

Août

Les deux premiers jours d’août, des orages parfois forts traversent les régions du Sud-Ouest au Centre-Est avec des pluies intenses qui provoquent des glissements de terrain. L’activité orageuse reste très étendue sur la majorité du territoire. Des orages forts concernent encore l’Est avec de violentes rafales et des chutes de grêle en grande quantité (Plus en détail : bilan de Keraunos du 2 août 2014).

 

Un nouvel historique des orages du 8 aoûtLe 8 août, une vaste dégradation orageuse s’organise des Pyrénées à la Lorraine. Un système convectif linéaire produit un derecho dans le sud. Les fortes rafales ont été fréquentes, et plusieurs tornades ont été reportées entre le nord et la Champagne-Ardenne (Plus en détail : synthèse des orages violents du 8 août 2014).

Le 12, une perturbation inhabituelle pour la saison se présente sur la façade Atlantique. Des développements orageux sont prévus sur le sud-ouest en même temps qu’un début de cyclogenèse. Des orages très pluvieux touchent le sud-ouest et remontent jusqu’au Centre avec des cumuls dépassant 50mm, et des rafales supérieures à 100km/h notamment sur les côtes (Plus en détail : bulletin spécial d’Infoclimat du 13 août 2014).

Le temps devient plus calme pendant la deuxième moitié du mois, excepté un passage fortement pluvieux vers la fin du mois.

Septembre

pluies-140929-herault

Cumuls du 29/09 06h au 30/09 06h

Beaucoup d’orages provoquent des inondations dans le sud du 8 au 9 avec des cumuls qui dépassent fréquemment les 50mm, jusqu’à 86,3mm à Arphy dans le Gard.

Du 15 au 21, un épisode cévenol intense provoque des cumuls supérieurs à 400mm en 4 jours dans l’Ardèche, le Gard et l’Hérault.Le Dourdou et l’Orb connaissent des crues sévères et d’importants dégâts sont constatés. Une activité orageuse est aussi présente sur le reste du territoire (Plus en détail : bulletin spécial d’Infoclimat du 16 au 20 septembrebilan de Keraunos du 17 au 20 septembre 2014).

Le 29, des pluies particulièrement intenses touchent l’Hérault. À Montpellier, 299,5mm tombent en 24h : de telles précipitations sont estimées avoir une durée de retour supérieure à 100 ans. On relève jusqu’à 341mm au Pouget (Plus en détail : bulletin spécial d’Infoclimat du 29 septembre au 1er octobre 2014).

Octobre

Le 6 octobre, le secteur de Montpellier est de nouveau concerné par un épisode diluvien avec des cumuls localement supérieurs à 200mm (Plus en détail : bulletin spécial d’Infoclimat du 6 au 8 octobre 2014).

pluvio-9-13-octobre14-sudest-jpegDu 9 au 13, deux épisodes méditerranéens successifs provoquent des cumuls remarquables sur l’Hérault, le Gard et l’Ardèche. On enregistre jusqu’à 584mm à Barnas (Ardèche). Dans le même temps, des orages parfois violents éclatent entre Midi-Pyrénées et Champagne-Ardenne, avec des grêlons jusqu’à 5cm et de violentes rafales de vent (Plus en détail : bulletin spécial d’Infoclimat du 9 au 14 octobre 2014bilan de Keraunos des 12 et 13 octobre 2014).

Le 21, la dépression issue du cyclone Gonzalo touche le nord du pays avec des rafales de 100km/h. Le vent de nord-ouest se renforce sur la Méditerranée où l’on enregistre 125km/h à Ajaccio.

Novembre

Du 3 au 5, un épisode méditerranéen s’étend jusqu’à la Bourgogne avec des pluies importantes. Les cumuls dépassent fréquemment les 150mm, avec localement des cumuls supérieurs à 350mm (Plus en détail : bilan de Keraunos des 3 et 4 novembre 2014). Le vent de sud très soutenu produit de grandes vagues susceptibles de provoquer des submersions marines (Plus en détail : bulletin spécial d’Infoclimat du 2 au 6 novembre 2014).

Du 9 au 12, ce sont la Provence et la Corse qui connaissent des pluies torrentielles avec 135mm le 10 à Folelli en Haute-Corse. Les cumuls sur 4 jours atteignent 200mm dans le Var.

Les 14 et 15, un nouvel épisode cévenol génère des cumuls jusqu’à 200mm avant que les pluies ne se décalent vers l’est ; on relève alors 110,1mm à Antibes dans les Alpes-Maritimes (Plus en détail : bulletin spécial d’Infoclimat du 13 au 16 novembre 2014).

Du 24 au 26, un orage très pluvieux concerne les Pyrénées-Orientales, l’Aude et l’Hérault, avant de se décaler vers l’Est. Les cumuls dépassent les 150mm.

Juste après, du 27 au 30, les pluies s’installent de l’Ardèche aux Pyrénées-Orientales, ainsi que sur l’Est de la Corse. Les cumuls atteignent 300mm, ponctuellement jusqu’à 500mm dans les Pyrénées-Orientales. Des crues exceptionnelles ont lieu (Plus en détail : bulletin spécial d’Infoclimat du 28 novembre au 2 décembre 2014bilan de Keraunos des 29 et 30 novembre 2014).

La fréquence élevée des épisode méditerranéens de l’automne 2014 avec des cumuls très importants fait de 2014 une année record depuis 1958 concernant les pluies intenses sur le secteur Méditerranéen.

Décembre

Des pluies abondantes traversent le pays le 8, avec des cumuls qui atteignent 50mm à Socoa dans les Pyrénées-Atlantiques.

Du 26 au 29 décembre, des chutes de neige concernent le Nord-Est, de la Champagne-Ardenne aux Alpes et sur le Massif Central. Il tombe 1 à 10cm en plaines et dans le Massif Central. L’enneigement est plus conséquent dans les massifs et en particulier dans les Alpes du Nord, où les couches varient entre 40 et 80cm. Il est tombé 20 60cm dans les Vosges, 10 à 45cm dans le Jura, et 30 à 50cm dans les Pyrénées (Plus en détail : bulletin spécial d’Infoclimat du 24 au 31 décembre 2014).

Publicités

Une réflexion sur “[Synthèse] Le risque météorologique en France en 2014

  1. Pingback: visualisation des vigilances météo, round 3 | Jionotz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s