[Météocult] Activement recherché après avoir déclaré que c’est franchement un bel été

meteocult2-bel-ete-2014-01

Le traumatisme est encore vif cet après-midi dans tous les quartiers de Paris, après la tragédie qui y a pris place hier soir. Un homme dont l’identité est toujours inconnue aurait déclaré publiquement et à haute voix au cours d’une discussion que c’est franchement un bel été. Alors que la police recherche toujours activement l’auteur du drame verbal, on commence à peine à mesurer l’ampleur des dégâts. Reportage.

Des millions de parisiens sévèrement touchés

Les visages graves aux yeux rougis par l’insomnie, tout Paris déambulait atterré ce matin vers les lieux de travail, dans un métro au silence de plomb. La nouvelle s’est répandue la veille comme la peste, attaquant chaque parisien au cœur de ses convictions. En émettant un avis positif sur la sensation que donne cet été 2014, l’individu a brisé un des codes sacrés de la bienséance et de la vie en communauté sur Paris. « Je veux bien qu’on se laisse aller à quelques commentaires positifs tant qu’ils restent ponctuels » lâche un homme d’affaire dans le RER A ; « mais … Pas la météo ! Il faut vraiment être cinglé« . En effet, la météo est depuis longtemps le défouloir universel pour les critiques des résidents de la capitale : « c’est comme une soupape de sécurité » nous explique une femme armée d’un parapluie et un autre de secours, « dans le pire des cas, où tout va bien et que strictement rien n’est critiquable, on peut toujours se tourner vers le temps qu’il fait« . C’est donc le fondement même de l’esprit des parisiens qui a été brisé hier soir, qui vivent désormais dans l’angoisse de possiblement vivre un jour sans le moindre reproche possible.

Aucun quartier ne serait épargné et toutes les catégories de parisiens sont apparemment touchées. Nous nous sommes infiltrés dans une studette de sou-sol où un étudiant s’y est installé depuis 2 ans. Le locataire exprime sa totale incompréhension : « c’est complètement stupide. Tout le monde sait que le soleil a disparu de la capitale depuis 1932« . À l’autre bout de Paris, dans le XVème arrondissement, la propriétaire d’un vaste 45m² fait part de son expérience camouflée derrière des lunettes de soleil sous une ombrelle noire opaque : « En 35 ans de vie parisienne, je n’ai jamais entendu de tels propos. Mon père m’a toutefois raconté qu’on aurait aperçu le soleil une fois, en 1974, entre deux immeubles du XXème« . Pour étoffer notre enquête, les historiens apportent plus de précisions à ce sujet. « Plusieurs manifestations de vive lueur éblouissante en plein jour, provoquant parfois une soudaine sensation de chaleur, sont mentionnées dans des ouvrages de grands voyageurs parisiens. Elles pourraient correspondre à une apparition du soleil, mais les preuves restent éparses. »

Un cas unique de terrorisme verbal

Les bureaux de police sont quant à eux en pleine effervescence. À cette heure, les témoignages permettent une reconstitution fiable des événements : tout aurait commencé dans un afterwork sur les grands boulevards, dans un chaleureux local couleur noir-design. Alors que des trentenaires prédisaient la troisième guerre mondiale entre deux kirs, le sujet a dérivé des conflits armés au temps. Depuis 15 jours, la météo est une aubaine pour tout adepte du pessimisme, et les critiques allaient bon train en expliquant quels étaient les moins pires façons d’esquiver le mauvais temps extérieur. Mais tout a dérapé à cause d’un novice, apparemment peu habitué du milieu. « On l’avait jamais vu auparavant » remarque le vigile, « et il m’a tout de suite paru très louche avec son sourire sincère« . Il a subitement plongé la salle dans le silence en expliquant qu’il était venu à pied depuis le parc de Bercy. Vraisemblablement inconscient ou ne répondant plus de ses actes, il a alors déclaré : « même s’il fait un peu frais en ce moment, le temps a quand même été agréable plus d’une fois. C’est franchement un bel été« .

L’homme aurait alors profité des scènes de panique généralisées pour s’enfuir, et reste encore activement recherché par la police. « C’est un cas unique » commente sombrement le commissaire chargé de l’affaire. L’enquête s’annonce difficile, peu de policiers étant préparés à affronter de tels profils de rebelles : « quand a vu les bulletins météo, on a considéré que la menace était complètement écartée ». Toujours d’après la police, les premières pistes s’orientent vers les régions où le beau temps se ferait encore plus rare que sur Paris, ce qui expliquerait le commentaire interdit. Des interrogatoires sont déjà en cours dans le Nord-Pas-de-Calais. Les forces de l’ordre demandent de rester vigilant : ce cas de terrorisme verbal pourrait toucher d’autres villes dont les résidents râlent constamment.

image : wikimedia commons

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s